L’influence des pierres – Une approche psychologique Le Groupe des 5

Lorsqu’on parle au public d’ouvrages de lithothérapie le constat est sans appel : les livres les plus populaires sont ceux qui cataloguent les descriptifs des propriétés des pierres. Lorsqu’on débute dans cette discipline il est en effet plus aisé de se munir d’un de ces ouvrages qui nous donnent « clefs en main » les applications possibles de l’énergie de chaque pierre.

Or la réalité des soins par les pierres est bien différente de ce que décrivent ces ouvrages. Pour le comprendre il faut faire un léger détour. Vous êtes-vous déjà demandé comment les propriétés de ces ouvrages étaient établies ?

Définir les propriétés de chaque pierre

Pour connaître l’énergie d’une pierre chacun doit passer par deux démarches complémentaires : l’étudier et la sentir. Sentir une pierre nous donne une ambiance diffuse et subjective issue de la synergie entre l’énergie du minéral et la nôtre. Si cette sensation ne peut à elle seule donner naissance à un descriptif valable pour une majorité, elle permet cependant d’établir un comparatif indispensable. Étudier une pierre nous permet de connaître sa couleur, sa chimie, sa géométrie cristalline (notion que nous allons définir plus loin)… autant d’éléments qui nous permettent d’identifier et de préciser notre ressenti diffus.

Une fois ces deux étapes remplies on obtient de larges champs d’action, des potentiels définis mais aux applications innombrables. On obtient une vision conditionnelle de la pierre traitée : dans telles circonstances, face à tel type de personnes et avec telle technique de travail on peut obtenir tel résultat…

Ainsi une pierre ne devrait pas pouvoir être définie en quelques lignes par des propriétés présentées comme universelles. Pourquoi est-ce donc le cas dans tant d’ouvrages ? Pourquoi parlons-nous tous « des propriétés du quartz rose » et « des propriétés du lapis-lazuli » ? Il s’agit là tout simplement d’une simplification faite pour le grand public.

Pour arriver au cheminement décrit plus haut il est nécessaire d’étudier plusieurs années, de voir et d’expérimenter des centaines de pierres et de développer sa sensibilité énergétique ainsi que ses connaissances ésotériques et scientifiques. C’est un cheminement long et que les amateurs de lithothérapie ne peuvent se permettre de parcourir. Les propriétés comme indiquées dans les ouvrages descriptifs sont dès lors le meilleur équilibre que l’on puisse trouver : Sans être en mesure de montrer toute l’étendue des champs d’applications possibles de l’énergie d’une pierre, elles parviennent tout de même à offrir aux néophytes un accès immédiat et simple aux grandes lignes de chaque spécimen.

Et pour ceux qui souhaitent aller plus loin ?

Seulement voilà, parmi les amateurs de lithothérapie certains « tombent dans la marmite » comme on dit communément. L’envie d’étudier cette discipline peut amener certains à vouloir pousser leur connaissance des pierres et de leurs énergies plus loin.

Dès lors, qu’est-ce qui s’offre à eux ? Personnellement j’aime conseiller certains des ouvrages que j’ai déjà présentés sur ce blog. Le « Manuel de lithothérapie » de Michael Gienger ou encore le « Guide pratique de la lithothérapie énergéticienne » de R. G. Boschiero sont le type d’ouvrages qui permettent d’aborder cette étude en détail.

Avec le temps nous voyons cependant apparaître des ouvrages plus spécialisés. C’est le cas de « L’influence des pierres – Une approche psychologique », livre écrit par Le Groupe des 5. Sous ce titre généraliste se cache en réalité un travail de recherche et d’approfondissement mené par un rassemblement de lithothérapeutes québécois autour de la théorie des géométries cristallines de Michael Gienger.

L’influence des pierres – Une approche psychologique

Tout d’abord commençons par définir ce qu’est une géométrie cristalline : lorsqu’une structure cristalline se forme, la nature l’organise spontanément afin de ne pas laisser de vide dans la matière. Or pour que ce soit le cas, seules 7 formes géométriques peuvent s’organiser entre elles et donner naissance à une matière pleine. L’ensemble des pierres sur terre se partagent donc entre 7 familles de formes géométriques microscopiques, plus une famille dite « amorphe » qui ne présente aucune géométrie.

Michael Gienger dans son manuel de lithothérapie parle de ces géométries cristallines et de l’impact de chacune de ces formes sur l’énergie d’une pierre. Son travail était remarquable mais demandait à être approfondi. C’est à présent chose faite grâce à cet ouvrage très complet et au long travail du Groupe des 5. Chaque géométrie cristalline y est présentée dans les détails et on découvre des profils psychologiques criants de vérité dans le portrait associé à chacun.

Présent aux conférences d’Eurominéral 2011, Le Groupe des 5 nous en dit plus sur son travail au travers du site Lithopraxis.

J’encourage ainsi tout amoureux de la lithothérapie intéressé par cet aspect des pierres et par les particularités des ondes de formes de la matière cristalline à se jeter sans retenue sur cet ouvrage remarquablement complet.

www.julia-boschiero.com

 

À madame Julia Boschiero,

Nos remerciements sincères pour la reconnaissance du travail du Groupe des 5 et pour l’autorisation accordée de publier cet article.

Marjolaine Doyon

Éditrice