Lithothérapie et cancer sont-ils compatibles ? - Clinique de soins thérapeutiques
4844
post-template-default,single,single-post,postid-4844,single-format-standard,mkd-core-1.1.1,mkdf-boxed,wellspring child theme-child-ver-1.0.0,wellspring-ver-1.7,mkdf-smooth-scroll,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1300,mkdf-blog-installed,mkdf-header-standard,mkdf-fixed-on-scroll,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,mkdf-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Lithothérapie et cancer sont-ils compatibles ?

Lithothérapie et cancer sont-ils compatibles ?

Par Kristiane Roy

Lithothérapeute, psychologue

Institut Mandala du Bouddha de la Médecine 

La lithothérapie peut-elle efficacement nous soutenir lors d’un cancer ? 

La réponse est oui, car la lithothérapie se présente telle une science qui travaille de concert avec les pierres et les cristaux afin d’équilibrer le courant énergétique naturel du corps, libérant, de ce fait, ses blocages, et purifiant ses méridiens. Gorgés de minéraux, les pierres vibrent au diapason des bienfaits thérapeutiques naturels de la terre. Elles peuvent donc soutenir le rétablissement de l’équilibre du corps grâce à un processus de purification et de libération de ces énergies qui se traduisent en maladies physiques. La lithothérapie ne se présente pas comme un substitut aux traitements médicaux usuels, mais bien comme un appui à quiconque reçoit déjà une attention médicale.

Quelles sont les pierres et les cristaux bienfaisants ? 

Les pierres et les minéraux « verts » ont démontré qu’ils s’avèrent les plus bénéfiques en cas de cancer, puisque cette couleur est reconnue comme une aide à la purification et à l’obtention de l’équilibre. Le vert élève le corps au-dessus de la vibration de la maladie. Il est également de notoriété publique que les hôpitaux, dont l’environnement se colore principalement de vert, présentent moins d’incidents infectieux.

Le quartz chlorite offre un support aux traitements de tumeurs, de polypes et d’excroissances tout en désintoxiquant les méridiens et les chakras. La malachite et la calcite verte absorbent, purifient, équilibrent et apaisent. La fluorite verte stabilise les énergies chaotiques et les excroissances.

Quartz Chlorite

Les pierres bleues, tel le lapis-lazuli, régénératives pour le corps physique, favorisant la guérison et la libération des mémoires réprimées et des bagages émotifs. La sugilite, tout en émettant des énergies bénéfiques, encourage un rétablissement du corps et guide vers la découverte des causes subtiles, profondément enracinées et susceptibles de développer le cancer. De plus, la pierre de prophétie et le herkimer soutiennent efficacement lors des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

Existe-t-il des contre-indications ? 

Il est recommandé d’éviter les pierres et les cristaux de couleurs surstimulantes, tels le rouge, le jaune et l’oranger. Le quartz clair demande aussi à être écarté puisqu’il s’annonce hautement stimulant.

Où placer les pierres et les cristaux ? 

La mise en place des pierres et des cristaux sur le corps dépend de la localisation et de la nature du cancer; il est cependant important de traiter le plexus solaire, centre de notre vie émotive, peu importe les aléas du diagnostic. Une pierre ou un cristal, dûment appropriés, peuvent être placés sur le plexus solaire à intervalles de vingt minutes. Cependant, ils peuvent également être déposés près de la région affligée, tenue en main, ou portée en bijoux pour des périodes assez longues.

La maladie est souvent perçue comme un cauchemar. Heureusement, le royaume minéral nous offre un support inestimable ainsi que l’occasion de reconnaître en nous une possibilité de croissance et de changement. La lithothérapie se veut donc une aide précieuse nous permettant de nous libérer des énergies et des habitudes stagnantes qui entravent le bien-être de notre corps physique.

OUVRAGE DE RÉFÉRENCE :

LE GROUPE DES 5. L’influence des pierres – Une approche psychologique…, Éditions Paume de Saint-Germain, Montréal, 2010, 412 p.

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

})(jQuery)