L’utilisation des pierres et des cristaux en médecine chinoise - Clinique de soins thérapeutiques
5453
post-template-default,single,single-post,postid-5453,single-format-standard,mkd-core-1.1.1,mkdf-boxed,wellspring child theme-child-ver-1.0.0,wellspring-ver-1.7,mkdf-smooth-scroll,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1300,mkdf-blog-installed,mkdf-header-standard,mkdf-fixed-on-scroll,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,mkdf-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

L’utilisation des pierres et des cristaux en médecine chinoise

L’utilisation des pierres et des cristaux en médecine chinoise

Par Laëtitia Betton

Lithothérapeute, naturopathe

et praticienne en Qi-Gong thérapeutique

 

La médecine traditionnelle chinoise existe depuis environ 5000 ans et elle est encore pratiquée aujourd’hui dans le monde entier, en Orient et en Occident. C’est grâce à elle que nous avons accès à la cartographie précise du système des méridiens, système de réseaux énergétiques qui permettent à l’énergie, le Qi, de circuler dans l’organisme. C’est par l’entremise de ces petits canaux subtils, les méridiens, localisés à quelques millimètres sous la peau, que notre vitalité sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel repose. Avant d’avoir une maladie physique, le déséquilibre se fait déjà sentir dans nos méridiens qui nous donnent des avertissements sous forme de symptômes ou d’émotions récurrentes. À l’instar de la plupart des médecines traditionnelles anciennes, on reconnaissait les bienfaits des pierres et celles-ci étaient utilisées à des fins thérapeutiques. Des anciens textes portant sur l’acupuncture et sur la pharmacopée chinoise soulignent l’importance de l’utilisation des pierres et des cristaux pour des traitements curatifs et nous révèlent de quelle façon on les utilisait.

Des aiguilles d’acupuncture de pierre…

Les anciennes archives font mention d’aiguilles d’acupuncture fabriquées de pierre. La pierre la plus utilisée était la bian shi (nom chinois), pierre retrouvée dans le sud-ouest de la Chine, à Sibin. Appelée aussi « bian stone » ou « stone needle » ou « pierre ponce de Sibin », elle se serait formée il y a 65 millions d’années à la suite de l’impact d’une météorite de 10 kilomètres de diamètre. La bian shi serait composée de 95 % de calcite cristalline, d’un peu de pyrite et de plus d’une trentaine de traces de différents minéraux rares, dont le strontium. Sur le site de ces pierres, on trouve de l’iridium qui n’existe pas à la surface de la Terre, ce qui corrobore la venue de cette météorite. Les scientifiques s’accordent pour dire que cette pierre possède des propriétés infrarouges naturelles qui lui permettent de pénétrer plus profondément dans les tissus et d’augmenter la microcirculation. La bian shi était utilisée pour fabriquer les aiguilles, mais elle était aussi polie sous différentes formes servant d’outils de massage des méridiens ou de points d’acupuncture spécifiques afin d’activer le Qi, ou l’énergie. Suivant l’intention thérapeutique, la bian stone pouvait être chauffée ou refroidie. Elle est encore utilisée aujourd’hui dans les hôpitaux chinois pour masser les points d’acupuncture, et ses bienfaits sont encore connus.

Les plus anciennes aiguilles d’acupuncture étaient faites de pierres transparentes et translucides, ce qui requérait de la part du praticien une pureté d’intention, car ces pierres augmentaient les effets du traitement. Certaines de ces aiguilles pouvaient être fabriquées de quartz ou de tourmaline; imaginez la puissance thérapeutique de ce type de traitement ! Ces aiguilles n’étaient pas utilisées par les débutants. Il faut savoir que les aiguilles d’acupuncture de l’époque se trouvaient en différentes tailles et longueurs, et composées de pierre, elles ont ensuite été façonnées de différents métaux, tels le zinc et le cuivre. De nos jours, les acupuncteurs n’utilisent qu’une seule taille d’aiguille pas plus grosse que l’équivalent de trois cheveux, entièrement fabriquée en acier inoxydable.

Les pierres dans la pharmacopée chinoise

Le shennong bencao jing est un traité de 365 drogues ou médicaments de pharmacopée chinoise provenant des règnes végétal, animal et minéral. C’est le plus ancien traité de médecine chinoise. Il classait les pierres par grade : les préventives, les restauratrices et les curatives à petites doses, car toxiques. Les anciens textes décrivaient déjà très bien les propriétés des pierres et leurs vertus médicinales. Ils utilisaient les pierres sous forme d’élixir ou de teinture, comme bonbons à sucer ainsi que dans une grande variété de pâtes, de poudres et de solutions pour des applications topiques et locales. Ces formules pouvaient aussi être combinées à des plantes médicinales. Le praticien en médecine chinoise concoctait une formule unique et appropriée aux besoins du patient.

Feng shui et Qi-Gong

Les pierres et les cristaux étaient et sont encore utilisés pour le feng shui, cet art millénaire chinois qui veille à harmoniser la circulation d’énergie d’un lieu, d’un habitat afin que ses habitants soient en meilleure santé et heureux. Notre environnement étant le reflet de notre intérieur, le feng shui fait appel à la présence synergique des cinq éléments. Les pierres sont associées à l’élément métal, car ce sont des trésors enfouis sous la terre. Le feng shui utilise des pierres sous forme de sculptures ou d’ornements afin d’harmoniser l’atmosphère des pièces et des espaces extérieurs de notre environnement, comme les jardins. Les pierres et les cristaux étant porteurs de Qi, ils peuvent aussi être utilisés pour aider les pratiquants de Qi-Gong à cultiver le Qi, afin d’augmenter la circulation d’énergie dans le corps, la réceptivité et améliorer la santé.

L’influence alchimique des pierres

Les pierres étaient reconnues par les anciens médecins chinois comme des entités vivantes qui avaient grandi pendant des milliers d’années, voire des millions. D’ailleurs, les médecins faisaient souvent appel aux pierres pour les maladies les plus difficiles à traiter, puisque les pierres leur permettaient de travailler sur des couches du Qi plus profondes. Ils utilisaient les pierres aussi à l’interne, sous forme de poudre ou de teinture, comme des agents chélateurs afin d’éliminer les toxines du corps physique. Elles pouvaient également être posées sur des points d’acupuncture, utilisées pour masser, ou être portées en bijou sur la peau pour assurer un soutien émotionnel ou pour accompagner l’évolution spirituelle de la personne.

Ge Hong (283-343), un prêtre taoïste, alchimiste et philosophe sous la dynastie Jin, disait que les pierres stabilisaient la santé et pouvaient produire des effets thérapeutiques permanents sur le corps. Selon lui, la pierre communiquait la connaissance divine du ciel, car les pierres et les cristaux représentent la lumière du ciel pénétrant la noirceur des grottes, des entrailles de la terre. Ge Hong, qui a écrit beaucoup de textes sur la médecine et la pharmacopée chinoise, affirmait que la guérison permanente se cachait dans les pierres. Plus la pierre était dense et solide, plus ses effets étaient permanents.

Aujourd’hui…

Les enseignements de la médecine chinoise ont toujours été transmis oralement de maître à élève, et certains livres relatent ceux-ci, mais, malgré l’existence de ces textes anciens, il y en a très peu sur l’utilisation des pierres et des cristaux, car celle-ci a été particulièrement laissée de côté lors de la révolution culturelle chinoise, durant les années soixante. L’utilisation des pierres et des cristaux n’est plus incluse dans les enseignements contemporains et dans la pratique de la médecine traditionnelle chinoise.

Aujourd’hui, ce savoir est véhiculé encore par de rares enseignants provenant de lignée taoïste, notamment par le Dr Jeffrey Yuen qui fait partie de la 88e génération de maîtres taoïstes de la lignée Yu Ching Huang Lao Pai (Jade Purity School), ordonné par la 87e génération par le maître Yu Wen, le grand-père adoptif de Jeffrey. Depuis sa tendre enfance, le Dr Jeffrey Yuen est immergé dans la pratique et l’étude du taoïsme et de la médecine chinoise classique. Il offre aux étudiants en médecine chinoise le savoir de cette riche tradition orale en lien avec l’utilisation des pierres et des cristaux qu’il intègre dans toutes les facettes de l’être : physique, psychologique et spirituelle. Il l’enseigne en Chine et aussi aux États-Unis, notamment à New York.

Le yin et le yang et les cinq éléments

Dans notre monde moderne, les pierres nous aident à nous reconnecter aux rythmes naturels de la nature, desquels nous en sommes parfois éloignés. Les cinq éléments de la médecine chinoise, soit le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau, sont mus par deux forces : le yin et le yang. Ces deux polarités sont toujours en mouvement à l’intérieur et à l’extérieur de nous et régissent l’univers. Notre santé globale repose sur l’équilibre de ces deux énergies. C’est pourquoi chaque élément est lié à un méridien yin et à un méridien yang.

ÉlémentsMéridiens yin Méridiens yangSaisons
BoisFoieVésicule biliairePrintemps
FeuCœurIntestin

grêle

Été
TerreRateEstomacÉté (prolongé et intersaisons)
MétalPoumonGros intestinAutomne
EauReinVessieHiver

 

Source:http://tcmpoints.com/fr/foie/f3-taichong/

Par exemple, la saison du printemps est liée à l’élément bois qui correspond au méridien yin du Foie et au méridien yang de la Vésicule biliaire. Ces deux méridiens font circuler le mouvement bois en nous, et si le bois est trop sec, en manque de yin, de liquide, le bois enflamme trop vite le feu du cœur, ce qui peut engendrer un déséquilibre pouvant se manifester comme de l’hypertension. Dans ce cas, vous pouvez activer le point d’acupuncture 3 Foie, le Tai chong (Le plus grand carrefour), et poser une malachite sur les points 3 Foie de chaque pied, durant 15 à 20 minutes. Vous pouvez les coller à l’aide d’un ruban adhésif hypoallergénique afin que les pierres restent bien en place. Le 3 Foie se situe dans l’espace interosseux entre le 1er et le 2e métatarse (le creux du triangle entre le gros orteil et le deuxième orteil, voir la photo ci-contre). La malachite nourrira le méridien yin du Foie, ce qui rendra le bois moins sec et générera un feu au cœur plus serein.

Travailler le 3 Foie peut aussi diminuer certains troubles digestifs, les céphalées, l’insomnie, le syndrome prémenstruel, etc. En apprenant et en étudiant les concepts de base de la médecine chinoise, comme le yin et le yang et les cinq éléments ainsi que les méridiens qui y sont liés, cela nous amène une autre compréhension des déséquilibres de l’organisme et nous fait découvrir les pierres et les cristaux sous une autre perspective.

Note : Une formation, offerte à tous, sera donnée cet automne à l’IMBM. Venez découvrir la médecine chinoise énergétique en lien avec les pierres et les cristaux. Pour plus d’informations, consultez le site www.IMBM.ca.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

})(jQuery)