La peur de l’engagement – Clinique de soins thérapeutiques
36
post-template-default,single,single-post,postid-36,single-format-standard,mkd-core-1.1.1,mkdf-boxed,wellspring child theme-child-ver-1.0.0,wellspring-ver-1.7,mkdf-smooth-scroll,mkdf-smooth-page-transitions,mkdf-ajax,mkdf-grid-1300,mkdf-blog-installed,mkdf-header-standard,mkdf-no-behavior,mkdf-default-mobile-header,mkdf-sticky-up-mobile-header,mkdf-dropdown-default,mkdf-header-style-on-scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-6.9.0,vc_responsive

La peur de l’engagement

La peur de l’engagement

La notion d’engagement occasionne bien souvent un choix confrontant : celui de fuir en prenant la poudre d’escampette ou alors celui d’apprendre à connaître cet inconnu nommé « engagement ». La peur de l’engagement dans une relation n’est pas le seul apanage des hommes; beaucoup de femmes aussi ont peur de s’engager pleinement dans une relation. Aujourd’hui, ce type de comportement est également appelé non pas « dépendance affective », mais bien « indépendance affective ».

L’indépendant affectif envoie, à l’autre, un message double et, par le fait même, ambigu : il semble vouloir commencer une relation, mais il garde son indépendance. Quand il sent que l’autre s’éloigne, il approche, mais quand l’autre se rapproche un peu trop, il prend ses distances. Alors la danse s’installe : un pas en avant, et trois en arrière. Pourquoi cette difficulté à s’engager surgit-elle ? Est-ce seulement parce que la personne ne sait pas ce qu’elle veut ? Dans les premiers temps d’une relation amoureuse, le mode séduction occupe beaucoup d’espace, et la véritable nature de chacun ne se dévoile qu’avec le temps. La séduction est ce magnétisme grâce auquel nous attirons autrui et par lequel nous manipulons notre image à souhait pour qu’elle apparaisse parfaite et attrayante afin que l’autre ne nous rejette pas ou ne nous abandonne pas. Évidemment, l’engagement approfondit le lien avec l’autre, et les voiles s’écartent peu à peu, compromettant notre image « idyllique ».

Prendre le temps de nous arrêter pour y voir plus clair nous permet d’observer ces jeux relationnels afin de retrouver le pouvoir intérieur qui nous conduit à des échanges plus réels. Quatre émissaires du monde minéral, soit la charoïte, le quartz fantôme, la chrysoprase et l’aigue-marine, pour ne nommer que ceux-là, semblent particulièrement disposés à nous soutenir dans ce processus de libération de la peur de l’engagement.

Au-delà des craintes, l’inévitable rencontre avec soi

Avant de nous engager dans une relation, une montagne de questions s’élève dans notre esprit : « Et s’il n’était pas le bon partenaire ? Et s’il existait une meilleure personne pour moi ? Il ou elle me semble trop bien pour moi, je ne suis pas à la hauteur… Et si cela ne fonctionnait pas ? » Il est bon d’hésiter et de réfléchir, mais jusqu’à un certain point… Le mieux restera toujours de se poser les bonnes questions, celles qui permettent de commencer à s’observer.

Lorsque des moments d’importantes décisions à prendre se présentent, la charoïte peut s’avérer d’un grand secours et tenir lieu de compagne nous aidant à regarder les choses en face. Elle nous pousse à apprivoiser nos doutes et nos peurs plutôt que de les fuir, ce qui nous permet de nous approfondir et d’augmenter notre sentiment de sécurité intérieure. Nos idées se clarifient, la peur, ne guidant plus nos choix, laisse place à l’amour de soi et des autres. La charoïte, de formation métamorphique, a vécu de nombreuses transformations. Il en résulte un minéral d’une rare beauté, capable de nous prêter main-forte afin de transformer et de changer des comportements inconscients et nuisibles à notre bien-être intérieur.

Les fantômes du passé

De nos jours, nombreux sont ceux qui ont grandi au milieu des disputes de leurs parents ou qui ont mal vécu le divorce de ceux-ci. Les fantômes de ces expériences passées influencent souvent nos croyances sur l’engagement, sur nos choix de vie et, surtout, sur nos choix de relations. Par crainte d’être abandonnée ou rejetée, la personne qui a peur de s’engager préfère éviter toute souffrance éventuelle et refuse d’approfondir ses relations.

Le quartz fantôme a la capacité de nous connecter aux souvenirs passés et de dévoiler certains moments clés de notre histoire afin de nous guérir de nos peurs. En effet, le quartz fantôme contient plusieurs pyramides ou strates, souvent laiteuses, qui apparaissent tels des « fantômes ». Ces derniers se sont formés par des dépôts de minéraux, notamment de chlorite, qui marquent les différentes étapes de croissance du quartz. Le quartz fantôme porte donc les leçons de vie qu’il a apprises. Quels que soient les événements qui ont marqué sa croissance, celui-ci a toujours continué de grandir. Il amène une énergie d’espoir et d’optimisme au corps émotionnel, et le courage de franchir la prochaine étape. Le quartz fantôme avec chlorite peut particulièrement nous être utile lorsque nous ressentons la peur de l’engagement. Il apportera une guérison profonde et nous ouvrira le cœur en décristallisant les comportements ou pensées qui ont créé une carapace nous empêchant d’aimer réellement et de nous engager dans la vie avec autrui.

Pour favoriser un approfondissement qui ancrera un changement durable en nous, il est intéressant de travailler avec le quartz fantôme pendant 21 jours. Aussi, nous pouvons d’abord méditer de 10 à 20 minutes par jour en demandant intérieurement au quartz fantôme de nous aider à voir l’origine de notre difficulté à nous engager tout en nous donnant la force de franchir la prochaine étape.

Apprendre à faire confiance

« Ah, si seulement je pouvais être certain de faire le bon choix… » est le refrain éternel derrière lequel la peur de l’engagement se cache. Même une voyante ne peut nous rassurer sur ce que nous allons vivre demain. La peur du mauvais choix nous empêche souvent de nous engager pleinement. Que ce soit un engagement relationnel, professionnel, tel dans un projet, en ne nous impliquant pas, nous faisons l’autruche. Et le temps passe… Nous savons pourtant qu’il n’y a pas de mauvais choix. Si nous étions vraiment honnêtes avec nous-mêmes, nous sentirions que nous ratons souvent de belles occasions par un simple manque de confiance en notre intuition, parfois très spontanée. Alors, c’est le moment de croiser le chemin de la chrysoprase qui saura nous aider à pratiquer l’écoute intérieure. D’agréable compagnie, elle inspire la créativité artistique, mais aussi la fidélité dans les relations et les affaires. En nous incitant à rester ouverts aux nouvelles situations, elle favorise l’acceptation de soi et des autres. Sa couleur ? Un vivifiant vert pomme, qui fait d’elle une pierre naturellement vénusienne, nous laissant miroiter amour et espoir. Elle accroît le sentiment de sécurité et de confiance, climat idéal pour que les intuitions personnelles se manifestent. Nous pouvons travailler avec la chrysoprase en toute confiance, car elle soutient l’autonomie tout en encourageant l’engagement.

Une relation durable

Si, après avoir travaillé avec les pierres ci-dessus, nous nous engageons, un jour, dans les liens du mariage, une aigue-marine portée en bague honorerait avec succès ce passage. Pierre des relations durables, l’aigue-marine encourage la communication créative dans le couple, permettant aux conjoints d’exprimer plus clairement les ressentis qui peuvent être à l’origine de certains conflits ou de quiproquos. Elle veille sur le bien-être relationnel du couple, des jeunes et des moins jeunes mariés, favorisant une communication sincère et aimante, pour un engagement authentique et heureux. L’alliance géométrique hexagonale de ce béryl bleu nous incite à terminer ce que nous entreprenons, à persévérer même dans l’adversité. Elle donne le courage et la force d’aimer. Oser se faire confiance et faire confiance est le début d’un engagement réel auquel l’aigue-marine apporte volontiers sa contribution.

À l’inverse de toujours appréhender l’avenir en évitant d’entrer en relation, s’engager est assurément un risque majeur : celui de faire confiance en ses capacités d’accueillir la vie. Et c’est ce risque qui donne la possibilité de puiser à même « le beau et le vrai » de chaque relation et, ainsi, de jouir du présent.

Laëtitia Betton
Lithothérapeute et naturopathe

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE :

  • GIENGER, Michael. Manuel de lithothérapie ou l’art de se soigner avec les pierres, Éditions Véga, 19, rue Saint-Séverin, Paris, 2005, 416 p.
  • HALL, Judy. La Bible des Cristaux, Guy Trédaniel Éditeur, 19, rue Saint-Séverin, Paris, 2004, 400 p.
  • LE GROUPE DES 5. Manuel de Lithothérapie – Apprenez à mieux connaître le Royaume des Pierres et des Cristaux Thème 1 – Qui sont-ils ?, Les Éditions Paume de Saint-Germain, Montréal, 2008, 291 p.


No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

})(jQuery)